AU COEUR DE L’ORGASME

Enquête sur les plaisirs sexuels

en association avec  Jean-Claude Piquard , sexologue et auteur




QUESTIONNAIRES et PROTOCOLE

cliquez ici



L’orgasme est-il un processus physiologique identifiable ?



Comment participer à l'enquête ? 


Du fait de l’intimité de la survenue de l’orgasme, qu’il s’agisse de pratique solitaire ou partagée , nous vous proposons d’utiliser des systèmes de mesure de la fréquence cardiaque avec enregistrement de préférence que vous utiliserez de manière autonome :

- Cardio-fréquencemètre en lecture directe instantanée (ceinture thoracique + bracelet récepteur) premier prix 20 €. 

  1. -Cardio-fréquencemètre avec enregistrement (ceinture thoracique + réception sur Smartphone et application Heart Graph)  à partir de 30 €. 


Nous n’avons pas de partenariat avec les fabricants ou les laboratoires , nous sommes totalement indépendants. Les utilisateurs de cardio-fréquencesmètres sont nombreux chez les sportifs qui pourront déjà participer à l’enquête. L’acquisition d’une ceinture est à votre charge et l’application pour smartphone est gratuite. Nous vous conseillons la ceinture 60 Beats Blue Heart Monitor et l’application Heart Graph qui répondent au mieux à nos attentes pour l’exploitations des résultats.


Nous espérons un minimum de 3000 réponses internationales correspondantes à tous les genres , tous les âges et toutes les pratiques sexuelles. L’étude des résultats et nos conclusions sont prévus en 2016.


Nous devons vous préciser que votre fréquence cardiaque n'a rien à voir avec la qualité du plaisir ressenti , il ne s'agit pas de performance à mesurer , ni au plus haut ni au plus bas.



EXPLICATION



La définition actuelle de l’orgasme est : "point culminant de plaisir" , une définition qui fait référence au seul ressenti subjectif. Il semble que tous les plaisirs sexuels n’aboutissent pas à un orgasme, comme par exemple le plaisir vaginal. Cette étude permettra d’avancer dans la compréhension des différents processus des plaisirs sexuels. Certains plaisirs sont sous contrôle parasympathique (système neurovégétatif ralentisseur) comme pour l’homme, avant l’éjaculation, qu’en est-il pour la femme ?


Une meilleure connaissance du processus de l’orgasme sera un apport pour la science. Cela permettra d’identifier d’autres plaisirs sexuels, différents de l’orgasme et tout aussi importants. Ce nouvel éclairage aura de nombreuses implications dans les thérapies sexuelles.


Récemment, l’imagerie cérébrale permet d’identifier des zones impliquées dans le plaisir sexuel. Mais, en l’absence de définition cohérente de l’orgasme, il est difficile de savoir si ces études scannent le bref orgasme ou d’autres plaisirs sexuels.


Nous faisons l’hypothèse que le brutal doublement de la fréquence cardiaque est le signe clinique le plus constant et le plus facile à objectiver.


Une première collecte informelle d’une vingtaine de résultats corrobore le brusque et court doublement de la fréquence cardiaque, tant, lors de l’orgasme-éjaculation de l’homme que lors de l’orgasme d’origine clitoridienne pour la femme. Nous avons un enregistrement d’un holter cardiaque permettant de voir cette brève accélération cardiaque. Etrangement, le cardiologue l’a identifié comme un bug, il est même resté sceptique aux dires de la patiente, ce qui montre à quel point les travaux de Masters et Johnson sont largement méconnus actuellement.


Afin de confirmer ces résultats, nous souhaitons étendre les mesures à toutes les pratiques sexuelles et toutes les zones érogènes susceptibles de déclencher un orgasme.


La consultation de la littérature ne nous éclaire pas vraiment. Hippocrate comparait l’orgasme à une crise d’épilepsie. Puis, à partir de 1550, après que Colombo ait décrit l’anatomie du clitoris et l’ait désigné comme l’organe du plaisir féminin, le terme le plus employé est : "spasme vénérien" , pour l’homme comme pour la femme. Ces expressions évoquent un événement court avec des spasmes.

Le mot orgasme est apparu dans la langue française au début du 19ème siècle, il a surtout été vulgarisé par Freud lorsqu’il a inventé le terme orgasme vaginal (1905).


A partir de 1950, Masters et Johnson étudient les réactions sexuelles humaines. Ils observent dans leur laboratoire 694 couples et près de 10 000 orgasmes. Ils sont les premiers à décrire le processus de l’orgasme masculin et féminin, avec des spasmes pelviens qui peuvent s’étendre à tout le corps. Ces spasmes sont la résultante d’un orage orthosympathique (système neurovégétatif accélérateur) avec les signes physiologiques associés :

  1. -La fréquence respiratoire augmente, passe de 14 respirations par minute au repos à un maximum de 40.

  2. -La tension artérielle, autour de 130 mmHg au repos, augmente brutalement au-dessus de 200.

- La fréquence cardiaque, autour de 65 battements par minute au repos, passe brutalement au-dessus de 110, pouvant atteindre, chez certains sujets, des pics à 180. 

- La peau présente des rougeurs sur le torse, le visage …

- Les pupilles se dilatent.


QUESTIONNAIRES et PROTOCOLE

cliquez ici

pour participer à l’enquête
















Secret de fontaine ...
                          l'art d'apprivoiser son corps

  

Actualité    Présentation    Contact    Fables    Partage    Enquête